Cookies policy: We use our own and third-party cookies to improve your navigation experience. By browsing this site, we assume you consent to us using them. More information here.
Accept

« Venise qui se meurt, Venise appuyée à la mer
la douce obsession de ses derniers jours tristes, Venise la vend aux touristes
qui cherchent au milieu des gens l'Europe ou l'Orient
qui regardent se lever le soir la fumée ou la rage de Porto Marghera. »

— Francesco Guccini, Venise.

 

Venise (italien : Venezia), surnommée la « Cité des Doges » ou la « Sérénissime », est une ville de la plaine du Pô au nord-est de l'Italie et la capitale de la Vénétie.

Fondée peu après 528, elle fut la capitale pendant onze siècles (697-1797) de la République de Venise.

 La ville est célèbre pour ses canaux, sa place Saint-Marc, son palais des Doges ainsi que son carnaval.

Venise et sa lagune sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Drapeau de Venise    Blason de Venise

Géographie

Lagune de Venise

Venise occupe une situation géographique exceptionnelle, dans une lagune de la mer Adriatique. Les Vénitiens établirent leur ville en enfonçant des pieux en chêne et en aulne dans le sol sablonneux. Sur ces fondations, ils bâtirent des maisons et des palais et entamèrent un combat contre le mouvement continuel des marées.

Les principales autres îles de la lagune sont : le Lido, Murano, Burano, Torcello. Sans oublier : San Michele (l'île cimetière de la ville), San Erasmo, Mazzorbo, Le Vignole, Certosa, San Francesco del Deserto, San Giacomo in Paludo, San Servolo, San Lazzaro degli Armeni, Giudecca.

LES DESSERTS VÉNITIENS

Parmi les desserts vénitiens réputés, il ne faut pas oublier la Crème frite à la vénitienne.

Pendant le Carnaval, on déguste les « Fritole », bugnes aux pignons de pin et aux raisins

secs, et les « Crostoli ».


À l’Épiphanie, la Fête des Rois, l’on sert la « Pinsa » ou « Pincia », une sorte de galette

dont les ingrédients sont les suivants : farine, graines de fenouil, raisins de Smyrne, pignons de pin et fruits confits.

Le « Tiramisù » : un gâteau très apprécié des Doges à Venise, auquel l’on attribuait des propriétés aphrodisiaques

LES APÉRITIFS

À l’heure de l’apéritif, on apprécie :

  • le « Bellini », dont la réputation a largement franchi les limites de la ville de Venise et que l’on réalise avec un quart de jus de pêche blanche pressée et trois quarts de « prosecco » (vin mousseux) préférablement de Conegliano ;
  • le « Tiziano », préparé à base d’un raisin noir très particulier au parfum de fraises ;
  • le « Mimosa », où l’orange se marie à la mandarine et le « Rossini », au jus de fraises. 
  • le « Spritz », un apéritif typique, qui naît d’un mélange de vin blanc, plutôt amer avec du Campari, doux avec de l’Aperol et de l’eau de Seltz, accompagné d’une olive ou bien d’une rondelle de citron ou d’orange.
  • Quant au « Sgropin », il s’agit d’un sorbet à base de citron, de vodka et de « prosecco » que les Vénitiens dégustent souvent à la fin d’un repas

Ceux qui en parlent...

Venise, pour l’amour de la musique

Joyau des arts, musée vivant posé sur la mer depuis plus de mille ans, l’altière Venise, fière de ses palais, de ses églises et des trésors innombrables qu’ils renferment, se mire dans ses eaux chatoyantes, tandis que ses ors illuminent le monde.

Si, tous les ans, le doge célébrait le mariage de la ville avec la mer en lançant un anneau d’or dans l’Adriatique, il est permis de penser que ce rituel soulignait également l’union intime des Vénitiens avec les arts, tant leur histoire est liée au culte du beau et, tout particulièrement, de la musique.

La Sérénissime est en effet depuis toujours riche de chants qui résonnent des rues et des canaux jusqu’aux plus riches palais, en passant par les églises et les hospices, dont le célèbre Hospice de la Pietà, un orphelinat pour filles devenu un véritable conservatoire.

Les jeunes musiciennes de cet hospice étaient si exceptionnelles que leur maître de concert, le compositeur Antonio Vivaldi, leur demandait l’impossible et que les mélomanes de toute l’Europe se déplaçaient pour les entendre.

La BBC a reconstitué la vie et les concerts de ces interprètes, qui se produisaient derrière des grilles, afin de ne pas distraire les mélomanes.

La ville

La ville est parcourue par 177 canaux (dont le plus important est le Grand Canal), 455 ponts6 (le plus souvent arqués pour laisser passer les bateaux) a 123 églises et s'étend sur 118 îles situées entre l'embouchure de l'Adige (au sud) et du Piave (au nord).

Elle est découpée en six quartiers historiques appelés les sestieri : San Marco, Castello et Cannaregio sur la rive gauche du Grand Canal et Santa Croce, San Polo et Dorsoduro sur l'autre rive.

Le quartier de San Marco et la basilique du même nom constituent le cœur de la cité.

Le quartier de Castello recouvre toute la partie sud-est de Venise. Son nom serait lié à la présence légendaire d'un château ou bien encore à la curie patriarcale qui se trouvait à cet endroit.

Le quartier de Cannaregio occupe toute la partie de la ville comprise entre le Rialto et la gare ferroviaire. Il est nommé ainsi en raison du caractère rectiligne des canaux qui le parcourent (canal reggio).

Sur l'autre rive, Santa Croce et San Polo doivent leur nom à deux églises (la première, détruite).

Dorsoduro s'appelle ainsi en raison de l'altitude du sestiere (désignation traditionnelle locale du quartier) qui est plus élevé que les autres. En conséquence, pendant les épisodes d'« acqua alta » (hautes eaux), il est moins souvent inondé.

Le centre historique est entièrement piétonnier, les canaux faisant fonction de route, et les divers bateaux qui traversent seulement le Grand Canal, le Canal de la Giudecca et la lagune autour de la ville, sont le moyen de transport public. Venise est une ville unique où l'on se déplace presqu'exclusivement à pied. On y trouve aussi des taxis d'eau - petits bateaux motorisés qui peuvent transporter de huit à dix personnes - et des gondoles - petites embarcations d'avirons très légères ; le transport privé des Vénitiens au moyen des bateaux motorisés ou à avirons est limité aux excursions dominicales. D'autres modèles d'embarcations plus ou moins grosses sont destinés aux transports commerciaux.

Chateaubriand constatait que Venise était « une ville contre-nature ». Le Vénitien de son point de vue, l'estime unique ville naturelle « dans un monde contre-nature ».

L'avenir de Venise

Les bâtiments de Venise sont construits sur des piliers de bois. Ils sont exposés à la menace de marées, notamment entre l'automne et le début du printemps. La ville est périodiquement inondée. C'est ce que les Vénitiens appellent acqua alta. Ce phénomène s'explique par la réunion de plusieurs facteurs naturels : attraction lunaire, et surtout le sirocco, vent chaud venu d'Afrique qui empêche la lagune de se vider, les marées hautes se succédant les unes aux autres.

Ce phénomène a toujours existé, mais s'est largement amplifié ces dernières décennies sous l'influence conjuguée de plusieurs causes relatives au climat et à l'activité humaine :

la montée générale du niveau des mers (eustatisme)

l'affaissement du sol (subsidence) : d'importants puits ont été creusés au xxe siècle pour pomper dans la nappe phréatique, ce qui a fragilisé les terrains déjà instables ;

les perturbations dans l'hydrographie : la modernisation du port a entraîné le creusement de canaux profonds pour permettre le passage de gros navires. La mer s'engouffre ainsi beaucoup plus facilement dans la lagune. Outre le phénomène des acque alta (les inondations vénitiennes), l'autre impact est la modification du système écologique, la disparition de la biodiversité marine.

Enfin, depuis la chute de la République (en 1797), l'habitude (en fait une obligation que faisait respecter la Magistrature des Eaux qui existe encore en tant qu'institution chargée de surveiller tout ce qui a trait à l'eau) pour les Vénitiens de nettoyer les canaux pour les désenvaser et les vider s'est perdue, ce qui a réduit la profondeur de ces canaux du centre historique. Depuis quelques années, la municipalité fait procéder de nouveau à ce curage, qui contribue d'ores et déjà à la baisse du niveau des eaux dans certains quartiers. Les canaux, retrouvant leur pleine capacité, sont mieux à même de contribuer à la diffusion des eaux.

Techniques de construction

Les îlots de la lagune de Venise, composés de matériaux de remblais et alluvionnaires, ne permettaient pas de construction traditionnelle car le sol humide et instable ne pouvait supporter le poids des bâtiments. La solution a été l'utilisation de pilotis, permettant la construction au-dessus de l’eau. La technique consiste à enfoncer ceux-ci dans le sol afin de leur faire porter une plate-forme constituée de madriers en chêne et en mélèze solidement attachés les uns aux autres, consolidant et nivelant le terrain. Ainsi par exemple, afin d’ériger la Basilique Santa Maria della salute, les Vénitiens utilisèrent 1 006 657 pilotis de 4 mètres de long, en chêne, aulne et mélèze.

Les contraintes liées à une construction sur l’eau avec des pilotis comme fondations font que les palais sont conçus à l’inverse des règles traditionnelles de l’architecture. En effet si dans les palais terrestres, l'usage veut que l’on commence par les fondations sur lesquelles on pose l’infrastructure destinée à supporter le poids de l’ensemble architectural, à Venise la méthode est totalement inversée : on pose d’abord une grande « boîte » sur des portiques afin de transmettre la charge directement aux pilotis des fondations par un système d'arcs et de voûtes appropriés.

... A suivre

TravellingVeneciaVilleItalie
05 Jul, 2018
Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
about 5 years ago

Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
over 5 years ago

Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
over 5 years ago

Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
over 5 years ago

Ratings
(2 votes)
Your rating