Le mythe de Sisyphe

Albert Camus
3
3
160 visits

Je peux tout réfuter dans ce monde qui m'entoure, me heurte ou me transporte, sauf ce chaos, ce hasard roi et cette divine équivalence qui naît de l'anarchie.

"Si l'homme n'avait pas de conscience éternelle, si, au fond de toutes choses, il n'y avait qu'une puissance sauvage et bouillonnante, produisant toutes choses, le grand et le futile, dans le tourbillon d'obscures passions, si le vide sans fond que rien ne peut combler se cachait sous les choses, que serait donc la vie, sinon le désespoir?"

Kierkegaard - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "Ue raisonnement absurde"

"S'apercevoir que le monde est "épais", entrevoir à quel point une pierre est étrangère, nous est irréductible, avec quelle intensité la nature, un paysage peut nous nier. Au fond de toute beauté gît quelque chose d'inhumain et ces collines, la douceur du ciel, ces dessins d'arbres, voici qu'à la minute même, ils perdent le sens illusoire dont nous revêtions, désormais plus lointains qu'un paradis perdu. L'hostilité primitive du monde, à travers les millénaires, remonte vers nous. Pour une seconde, nous ne le comprenons plus puisque pendant des siècles nous n'avons compris en lui que les figures et les dessins que préalablement nous y mettions, puisque désormais les forces nous manquent pour user de cet artifice. Le monde nous échappe parce qu'il redevient lui-même. Ces décors masqués par l'habitude redeviendront ce qu'ils sont. Ils s'éloignent de nous. De même qu'il est des jours où, sous le visage familier d'une femme, on retrouve comme une étrangère celle qu'on avait aimée il y a des mois ou des années, peut-être allons nous désirer même ce qui nous rend soudain si seuls. Mais le temps n'est pas encore venu. Une seule chose : cette épaisseur et cette étrangeté du monde, c'est l'absurde."

A.Camus - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "Un raisonnement absurde"

"Je soutiens mon humaine contradiction. J'installe ma lucidité au milieu de ce qui la nie. J'exalte l'homme devant ce qui l'écrase et ma liberté, ma révolte et ma passion se rejoignent alors dans cette tension, cette clairvoyance et cette répétition démesurée. Oui, l'homme est sa propre fin. Et il est sa seule fin."

A.Camus - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "L'homme absurde"

Le mythe d'un homme rusé, Sisyphe, qui fut reçu le châtiment des dieux en poussant une pierre en haut de la montagne, qui redescendait une fois au sommet, créant un cycle infinissable.

Le seul rôle véritable de l'homme, né dans un monde absurde, était de vivre, d'avoir conscience de sa vie, de sa révolte, et de sa liberté.

Albert Camus fait partie des hommes de Lettres qui ont marqué le XXème siècle.

Né le 7 novembre 1913 dans le village de Saint-Paul à Mondovi en Algérie française, Albert Camus est à la fois un écrivain engagé, un humaniste, un dramaturge, un essayiste, un journaliste et un philosophe.

Une question, l'absurde, Une réponse, la révolte.

Camus a la conviction que la vie est injuste. Cependant, au lieu de sombrer dans un pessimisme improductif et destructeur, il réagit en développant un grand appétit de vivre. Ayant conscience de sa solitude et de son état mortel, révolté par cette vérité, ce n’est certes pas vers des rêveries qu’il va se tourner. S’il faut vivre, c’est ici et maintenant, dans le monde qui s’offre à lui et dont il s’agit de croquer les joies à pleines dents.

Il est notamment connu pour ses idées humanistes fondées sur la prise de conscience de l'absurdité de la condition humaine et ses prises de positions politiques.

Il obtient le Prix Nobel de littérature en 1957.

"Assuré de sa liberté à terme, de sa révolte sans avenir et de sa conscience périssable, il poursuit son aventure dans le temps de sa vie."

A. Camus - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "L'homme absurde"

"On veut gagner de l'argent pour vivre heureux et tout l'effort et le meilleur d'une vie se concentrent pour le gain de cet argent. le bonheur est oublié, le moyen pris pour la fin."

A. Camus - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "La création absurde"

"Ce qui reste, c'est un destin dont l'issue est fatale. En dehors de cette unique fatalité de la mort, tout, joie ou bonheur, est liberté. Un monde demeure dont l'homme est le seul maître. Ce qui le liait, c'était l'illusion d'un autre monde."

A. Camus - extrait du mythe de Sisyphe - chapitre "La création absurde"

"Sisyphe enseigne la fidelité supérieure qui nie les dieux et soulève les rochers. Lui aussi juge que tout est bien. Cet univers désormais sans maître ne lui paraît ni stérile ni futile. Chacun des grains de cette pierre, chaque éclat minéral de cette montagne pleine de nuit, à lui seul forme un monde. La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir le coeur d'un homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux."

Fin du mythe de Sisyphe

Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
almost 9 years ago

Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
almost 9 years ago

Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
almost 9 years ago

Ratings
(2 votes)
Your rating
Collected
Laura Conill
Laura Conill
Michel
Michel