Je pars avec mon chien

Comment Bien Voyager Avec Son Chien‎
1
1
90 visits

Voyager avec son animal de compagnie, ça ne s'improvise pas.

A vérifier avant de partir


Voyager avec son animal, ça ne s'improvise pas et ça ne nécessite pas que de l'amour. Dès que l'on choisit de mettre les pattes de nos amis hors de nos frontières, les difficultés s'accumulent. La plupart des pays cherchent à se prémunir contre les maladies véhiculées par les animaux, ce qui se comprend.

De manière générale, ne comptez pas partir avec votre animal sur un coup de tête : il faudra préalablement vous renseigner auprès de l'ambassade du pays de destination plusieurs semaines, voire plusieurs mois à l'avance. Demandez quels sont les papiers à présenter à la douane, les vaccinations obligatoires et les certificats de santé nécessaires, tout en sachant que certaines inoculations sont exigées jusqu'à 6 mois à l'avance ! 

On vous déconseille d'essayer de tricher, les douaniers manquent d'humour et n'hésiteront pas, au mieux à confisquer votre compagnon, au pire à l'euthanasier. Tout est question d'organisation…

Si vous voyagez à travers plusieurs pays, pensez à vous renseigner sur les formalités d'entrée dans chacun d'entre eux. Il vous faudra parfois faire pratiquer des vaccinations ou des examens supplémentaires pendant l'une de vos étapes.

Restrictions de circulation


Première question à se poser : votre chienl a-t-il le droit d'entrer dans le pays où vous vous rendez ? Pour entrer en Polynésie française par exemple, les animaux doivent (entre autres choses) avoir résidé au moins 6 mois sans discontinuer en France (attestation vétérinaire nécessaire), et doivent subir sur place une quarantaine d'un mois. Autant dire que ça ne vaut pas forcément le coup de partir avec son compagnon à pattes… En Islande, l'importation par des touristes de toutes les espèces d'animaux est carrément interdite, sauf dérogation ; inutile de dire que celle-ci est quasiment impossible à obtenir.

La plupart des pays sont moins radicaux, mais ils peuvent tout de même refuser l'entrée de certaines espèces sur leur territoire. Ainsi, les restrictions sont nombreuses en matière de circulation des races de chiens jugées dangereuses. Les pitbulls, les dogues argentins et tosas japonais sont refusés au Royaume-Uni. Le Danemark refuse aussi les pitbulls et chiens de combat, la Thaïlande les pitbulls… 



De manière générale, l'Union européenne exige la présentation d’un passeport européen pour l’animal (délivré uniquement par un vétérinaire), ce document devant porter un certificat de vaccination contre la rage. Le passeport européen est le seul document pouvant certifier la vaccination antirabique des chiens . L’Union exige aussi une identification par micropuce.

Rappelons que la vaccination antirabique est obligatoire pour :
- les chiens et chats de plus de 3 mois voyageant en dehors du territoire national ;
- les chiens et chats entrant sur le territoire français ;
- les chiens et chats vivant en Guyane ;
- les chiens considérés comme « dangereux » par la loi du 6 janvier 1999.

L'importation de jeunes animaux n'est pas toujours autorisée, car on ne les vaccine pas contre la rage avant l'âge de 3 mois. La majorité des pays nécessitant le vaccin contre la rage, ils refusent donc l’entrée sur leur territoire national d’animaux âgés de moins de 3 mois. Pour voyager aux Émirats Arabes Unis, votre animal devra attendre d’avoir 4 mois ; pour la Nouvelle-Zélande, il devra avoir 9 mois. Attention également, le nombre d'animaux admis sur un territoire est quelquefois limité : pas plus de 2 par voyageur à l’entrée en Autriche. Par ailleurs, la vaccination contre la rage doit, pour tous les pays, avoir été effectuée entre 21 jours minimum et 1 an maximum avant la date du départ.

.

Identification


Indispensable pour voyager avec son compagnon et ne pas le perdre ! En France, l'identification est obligatoire pour :
- les chiens, chats et furets (dits les « carnivores domestiques ») voyageant à l'étranger, et pour leur retour en France ;
- tous les chiens de plus de 4 mois nés après la loi du 6 janvier 1999 ;
- tous les chats de plus de 7 mois nés après le 1er janvier 2012 ;
- pour les chiens considérés comme « dangereux » par cette même loi du 6 janvier 1999 ;
- les chiens et chats qui changent de propriétaire à la suite d’un don ou d’une vente.

Cette identification permet de certifier leur vaccination antirabique. Elle doit être réalisée chez un vétérinaire à l'aide d'une micropuce de la taille d’un grain de riz, implantée sous la peau, au niveau du cou de l’animal. Elle ne démange pas. Votre animal de compagnie est alors référencé dans un fichier national, géré par la Société centrale canine (SCC) ou le Syndicat national des vétérinaires en exercice libéral (SNVEL), et vous obtenez une jolie carte d'identification à son intention. Elle peut être utile en cas de perte de l'animal.
Attention : pour les animaux identifiés après le 3 juillet 2011 et pour les animaux voyageant à l'étranger, seule l’identification par micropuce électronique est valable. L’identification par tatouage d'un numéro n'est plus reconnue par les autorités. 

Comme il y a toujours un monde entre la théorie et la pratique, nombreux sont encore les chiens et chats qui échappent à cette règle. Vous devrez cependant impérativement vous y plier si vous partez à l'étranger, mais également en France, car certains hôtels ou campings exigent une carte d'identification.

Vaccinations et traitements antiparasitaires


Renseignez-vous auprès des ambassades sur les vaccins exigés selon les pays. La vaccination antirabique, contre la rage donc, est incontournable, car malgré le bon Pasteur, ce virus transmissible à l'homme n'est pas éradiqué partout. Le vaccin antirabique doit être inoculé par un vétérinaire agréé lorsque l'animal est âgé d'au moins 3 mois. Il est considéré comme valide seulement 21 jours après son injection pour une primo-vaccination. Il doit être suivi d'un examen de contrôle sérologique au moins un mois après, destiné à évaluer le taux de protection contre la maladie.

Selon les pays et les espèces, on exigera des vaccins supplémentaires :
- contre la leptospirose et la maladie de Carré pour la Norvège ;
- contre l’hépatite de Rubarth, la maladie de Carré et la parvovirose pour l’Australie ; 
- contre la leptospirose, la maladie de Carré, la parvovirose, l’hépatite de Rubarth, le typhus, la calicivirose et la rhinotrachéite pour la Nouvelle-Calédonie.

Pour le Royaume-Uni : le Programme de voyage des animaux de compagnie (PVAC) ou Pet Travel Scheme, mis en place en 2004, s’applique aux chats et aux chiens allant au Royaume-Uni. Les animaux doivent être âgés d’au moins 3 mois, être identifiés par une puce électronique, être vaccinés contre la rage, avoir subi un titrage d’anticorps antirabiques et un traitement antiparasitaire. 
L’office de tourisme de Grand-Bretagne a publié un guide complet sur le voyage au Royaume-Uni avec son chien. 

Pour le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède et Malte, les animaux doivent avoir subi un traitement antirabique au moins égal à 0,5 ul/ml, et un traitement contre les tiques et l’échinococcose

Faites attention aux délais, car certains pays peuvent exiger un traitement antiparasitaire effectué entre 24 et 48 h avant le départ ; c’est notamment le cas des pays ci-dessus. La Norvège exige quant à elle que les vaccins contre la leptospirose et la maladie de Carré soient effectués au minimum 30 jours avant l’entrée sur le territoire, tandis que le Japon exige un délai d’attente de 180 jours entre la vaccination contre la rage et l’entrée sur le territoire.

Important : pour entrer dans de nombreux pays (Argentine, États-Unis, Inde, Japon, Jordanie, Maroc, Mexique, Suisse, Tunisie, Vietnam…), le certificat de vaccination antirabique et le certificat sanitaire international doivent être validés par la Direction départementale des Services vétérinaires, et que ces mêmes documents doivent être légalisés par le ministère des Affaires étrangères ou par une cour d’Appel.

Prévoir le retour en France

Depuis 2001, la France est déclarée indemne de rage. C’est une bonne nouvelle lorsqu'il s'agit d'emmener son animal à l'étranger, car on vous y fait moins de difficultés, quoique le Japon classifie la France parmi les pays non indemnes de rage. 

En revanche, le retour implique des exigences supplémentaires envers votre chien,. On vous réclamera un certificat sanitairerédigé dans les 10 jours précédant le retour, par un vétérinaire agréé du pays de provenance. S'il est rédigé dans un pays non francophone, il doit être bilingue. 

Comme la vaccination antirabique est nécessaire, l'animal doit donc être âgé de plus de 3 mois pour pouvoir entrer sur le territoire français. 

De manière générale, il faudra se conformer à la réglementation européenne.

Quelques pays particulièrement stricts


Le Royaume-Uni, l'Irlande, la Suède et Malte

Le Royaume-Uni n'impose plus la rebutante quarantaine de 6 mois, qu'il a remplacée par une réglementation assouplie. Le Programme de voyage des animaux de compagnie (PVAC) ou Pet Travel Scheme reste cependant très strict. 

Pour pouvoir entrer au Royaume-Uni, en Irlande, en Suède et à Malte, attention à bien remplir les conditions suivantes : 
- l'animal doit être titulaire d’un passeport ;
- il doit être identifié par micropuce électronique (facultatif pour la Suède) ; 
- il doit être vacciné contre la rage (donc avoir plus de 3 mois).

Il faut en outre présenter aux autorités britanniques les documents suivants :
- un certificat de vaccination antirabique ;
- un titrage des anticorps antirabiques au moins égal à 0,5 ul/ml ; 
- un certificat de traitement antiparasitaire (contre les tiques et l’échinococcose) signé par le vétérinaire ;
- pour le Royaume-Uni, un certificat « Pet Travel Scheme » signé par un vétérinaire agréé ;
- pour le Royaume-Uni, une « déclaration de résidence » attestant que l'animal n'est pas entré dans un pays ne participant pas au PVAC dans les 6 mois précédant le déplacement au Royaume-Uni.

Pour plus de précisions, consulter le site de site de l'ambassade de Grande-Bretagne en France.

Une excellente ressource pour voyager au Royaume-Uni avec son chien. 

Les pays pratiquant la quarantaine

Certains pays n'ont pas renoncé à la quarantaine : c'est le cas notamment du Japon (de 12 h à 14 jours), de l'Australie (de 30 à 120 jours), de la Nouvelle-Zélande (de 30 à 180 jours). La Nouvelle-Calédonie, bien qu’elle soit une collectivité territoriale rattachée à la France, impose elle aussi une quarantaine de 1 à 6 mois.

Le Mexique impose quant à lui une quarantaine à domicile pendant 40 jours, ce qui peut être contraignant pour votre chien. À l’arrivée au Mexique, un vétérinaire assure un suivi de quarantaine.

Inutile donc d’emmener votre animal en Australie ou en Nouvelle-Zélande pour 15 jours de vacances ! Sachez par ailleurs que les frais de quarantaine sont à votre charge.

Le certificat de santé


Ces sésames vous ouvriront les frontières : les certificats, qu'ils soient de vaccination ou de bonne santé. Ces documents officiels sont rédigés par un vétérinaire agréé (par la Direction des services vétérinaires de votre région). À défaut d'une kyrielle de vaccins, le certificat de bonne santé permet de justifier de la bonne santé de votre compagnon, et ainsi de lui faciliter l'accès à certains lieux ou pays.

Le passeport européen pour les animaux de compagnie


Le Parlement et le Conseil de l'Union européenne ont adopté une nouvelle réglementation en 2004. Dans le cadre d’une harmonisation de la réglementation des mouvements des animaux de compagnie au sein de l'Union, ceux-ci doivent présenter leur passeport européen ! Ce document remplace tous les documents utilisés jusqu’à présent. Il mentionne l’identification et la description de l’animal, toutes les mentions sanitaires requises, le nom et l’adresse du propriétaire.

Selon cette réglementation, tout chien,  voyageant dans l’Union européenne doit être âgé de plus de 3 mois, identifié par micropuce, vacciné contre la rage et titulaire d’un passeport européen rempli par un vétérinaire agréé. Rappelons que pour les animaux identifiés après le 3 juillet 2011, seule l’identification par micropuce électroniqueest valable.

Ces conditions sont valables dans l’Union européenne à l’exception du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la Suède et de Malte qui, comme on l’a vu plus haut, conservent une réglementation spécifique (titrage antirabique précis, traitement contre les tiques et l’echinococcose). 


Les assurances


Ne jouons pas les oiseaux de mauvais augure, mais on n'est jamais à l'abri d'un pépin, et loin de chez soi, les choses deviennent vite plus compliquées. 

La responsabilité civile est incluse dans les contrats multirisques, qui assurent aussi les animaux de compagnie. On conseille de prévenir votre assureur que vous emmenez votre compagnon en voyage. S’il venait à causer des dégâts matériels, ou des blessures, les frais peuvent éventuellement être couverts par l'assurance multirisques.

Brutus s'est enfoncé une épine d'oursin dans le coussinet ?

Les animaux aussi ont leur sécurité sociale ! Pour les grands voyageurs, il existe des assurances qui prennent en charge les frais vétérinaires de votre animal à l'étranger, qu'il s'agisse des soins pour une maladie ou d’actes chirurgicaux. Certaines compagnies proposent également un forfait pour la prise en charge du coût des vaccinations. Certaines peuvent aussi financer un rapatriement en cas de problème grave.

Dans tous les cas, ne pas hésiter à comparer les offres et les prix, mettre le nez dans les clauses du contrat, les plafonds de remboursement, les délais de carence...

En général, les compagnies exigent que l'animal soit âgé de 3 mois à 7 ans, et qu'il soit identifié. Par ailleurs, certains contrats ne concernent que les chiens et les chats.

Dans les bagages


Un voyage peut être stressant, voire angoissant pour votre compagnon. De même que les animaux à deux pattes que nous sommes, il peut également avoir le mal des transports. Vous pourrez l'apaiser en lui administrant des médicaments homéopathiques avant le départ.

Renseignez-vous auprès de votre vétérinaire sur les médicaments à administrer pendant les jours précédant le départ et le jour J contre l'excitation et l’anxiété, et pour prévenir les vomissements.

Si les médecines douces ne vous séduisent pas, surtout n'administrez pas de médicaments allopathiques à votre animal comme vous le feriez pour vous-même ! Il risquerait de très mal le supporter. Seul votre vétérinaire est habilité à vous prescrire le calmant ou l'anti-nauséeux qui conviendra le mieux à votre compagnon.

L'arrivée dans un lieu inconnu ne devrait pas être pour votre animal un traumatisme insurmontable. Au contraire, c'est un nouveau territoire à explorer ! Cependant, vous pouvez l'aider à trouver ses repères plus rapidement en emportant avec vous ses objets familiers : panier, couverture, écuelle, jouets, etc.

Pour les plus prudents, et parce que tout peut arriver à l’autre bout du monde comme à la maison, une trousse de secours peut contenir :
- un produit antiseptique ;
- des compresses ;
- un insecticide en cas d’attaque de parasites ;
- des antidiarrhéiques ou laxatifs ;
- un thermomètre ;
- des ciseaux à bouts ronds pour couper les poils salis ou abîmés ;
- si vous voyagez dans une région habitée par les serpents, un sérum antivenimeux à administrer par voie sous-cutanée ; seul problème, et il est de taille : ce produit se conserve au frais.

Sur place


L'hébergement

Que vous logiez en location, à l'hôtel, en centre de vacances ou au camping, n'oubliez pas devérifier, au moment de la réservation, que votre animal est accepté, et si oui, sous quelles conditions. Il se peut que seuls les petits animaux soient acceptés : votre saint-bernard risque d'être plus difficile à loger qu'un caniche…
La plupart des campings acceptent les animaux dès lors qu'ils sont identifié, tatoués et vaccinés, et tenus en laisse.
Le site de 30 Millions d’amis recense ces lieux de vacances ouverts aux animaux : hôtels, campings, chambres d'hôtes et Gîtes de France. Vous pouvez également appeler les offices du tourisme, qui recensent souvent les établissements accueillant les animaux.

Hébergement pour les chiens d’assistance

Si d'après la loi française, ils sont autorisés dans tous les hôtels, centres de vacances et restaurants, ce n'est pas toujours le cas à l'étranger. N'hésitez pas à appeler l'ambassade ou l'office du tourisme du pays où vous comptez vous rendre : ils vous indiqueront les établissements qui acceptent les animaux.

L’accès aux plages

Si vous partez au bord de la mer, n'oubliez pas que de nombreuses plages sont interdites aux animaux, que leur accès est souvent réglementé ou limité (accès toléré dans une zone donnée ou soumis à des horaires). Dans tous les cas, votre chien devra toujours être tenu en laisse et la baignade lui sera souvent interdite. En cas d’infraction, vous risquez une amende de 11 € environ, parfois plus dans certaines communes. Celles-ci fixent le montant de l’amende par arrêté municipal. Renseignez-vous donc auprès des mairies.

On en profite pour conseiller de rincer votre animal à l’eau douce au retour de la plage, le sable pouvant irriter son pelage. La SPA amis en ligne des listes non exhaustives de plages acceptant les baigneurs à quatre pattes. Le site Internet de 30 Millions d’amis répertorie aussi, sur une carte interactive, les hôtels et campings pouvant accueillir votre animal et les plages auxquelles il peut accéder (avec les éventuels horaires d’accès).

Le voyage des animaux d'assistance


Certains pays assouplissent les restrictions à l'entrée sur leur territoire dans le cas des animaux d'assistance. Il s’agit des chiens guides des personnes atteintes d'un handicap sensoriel (cécité ou surdité partielle ou complète), des chiens dits d'assistance ou d'accompagnement pour les personnes handicapées-moteur. 

Il s'agit généralement de chiens très dociles : labrador, golden retriever ou berger allemand. Ils sont homologués et dressés dans des centres spécialisés (ANECAH, FFAC…).

Le Canada exempte ainsi les chiens guides des formalités imposées à leurs congénères, à condition qu'ils entrent sur le territoire en même temps que leur maître. 

Mais n'oubliez pas cependant que votre chien d’assistance est avant tout un chien ! Pour faciliter son acceptation à l'étranger et pour sa sécurité, veillez à le faire identifier et vacciner avant le départ.

Conseils pour le bien-être de votre chien en voyage

Que votre chien soit petit ou plus gros, il faudra bien faire attention à son bien-être durant tout le trajet en avion. Voici quelques conseils supplémentaires pour vous aider à voyager avec chien sans que celui-ci le vive comme un cauchemar… : 

Un chien prêt à voyager !

Envisagez les calmants : si vous avez peur que votre chien soit trop nerveux durant le trajet en avion, vous pouvez demander à votre vétérinaire quelques calmants histoire qu’il se détente ou qu’il dorme sur ses deux oreilles ! Mais attention, l’administration de calmants n’est pas sans risques pour un animal durant un vol (risques cardiovasculaires).

Emportez une couverture et son jouet préféré :l’animal doit se sentir comme chez lui. Il est important d’emporter une couverture portant une odeur qui lui est familière et, comme pour un petit enfant, de lui emmener son doudou favoris ! Il se sentira plus rassuré et sera moins anxieux durant le vol.

Habituez l’animal à sa cage de transport : acheter la cage de transport de votre chien en avance et placez à l’intérieur de manière régulière. De cette manière, il s’habitueras petit à petit à sa cage de transport et sera beaucoup moins stressé le jour J !

Emportez sa nourriture favorite : si votre chien a un une préférence pour une marque, pensez à emporter assez de nourriture pour toute la durée du voyage. Vous ne savez pas si vous trouverez sa marque préférée dans votre pays de destination. Sinon, pensez à commencer à modifie petit à petit son régime alimentaire plusieurs jours avant le départ, histoire qu’il s’habitue…

Gardez toujours votre chien en laisse à l’étranger : si ce n’est pas pour protéger les autres, c’est pour protéger votre chien ! Il n’est pas à l’abri d’une attaque d’un autre chien ou d’une frayeur (il pourrait traverser la route à toute allure…)

Promenez-le régulièrement : comme s’il était à la maison, votre chien doit pouvoir sortir (même si vous êtes en vacances !) Un chien, c’est une grande responsabilité, et elle est d’autant plus grande lorsque l’on est en voyage. Si vous emportez votre chien, ne le négligez pas… Et pensez à vous munir de petits sacs poubelles pour ramasses les crottes de votre toutou !

Une identification bien visible : le risque de perdre votre chien en voyage existe. Veillez donc par précaution à lui placer un collier avec votre nom, numéro de téléphone et adresse de l’hôtel dans lequel vous êtes.

J’espère que cet article vous aidera si vous souhaitez voyager avec votre chien ! Ce n’est pas une chose facile mais ça vaut le coup… Rien de meilleur que de partir en vacances et d’en faire profiter son animal de compagnie. Le trajet en avion n’est qu’un mauvais moment à passer…

Si vous avez déjà voyagé avec votre animal, n’hésitez pas à partager votre expérience dans un commentaire.

Pendant le transport

Vous voilà prêt à partir en voyage avec votre compagnon. Là aussi, il est impératif de prendre toutes ses précautions et de s'enquérir des recommandations afin de transporter votre animal dans les meilleures conditions. Voici quelques conseils.

La législation française (lois du 30 juillet 1987 et du 27 janvier 1993) autorise l'accès des chiens guides aux lieux publics (centres commerciaux, centres de vacances, transports en commun…). Le statut des chiens d'assistance est en revanche moins précis. Cependant, les transporteurs, à quelques exceptions près, acceptent l'accès à bord des chiens guides et des chiens d'assistance, sous certaines conditions qu'il est nécessaire de bien connaître afin d'éviter les mauvaises surprises de dernière minute.

En voiture


Pas d'impératif particulier à signaler en ce qui concerne les déplacements en voiture, mais quelques conseils de sécurité rendront le voyage plus agréable pour tous les passagers.

Installez toujours votre animal à l'arrière, que la banquette soit dépliée ou non, et, s'il est de petite taille, mettez-le dans son panier ou sa cage (que vous aurez tapissé(e) de papier absorbant). Pour un chien plus grand ou turbulent, il faut installer un filet de sécurité ou une grille de séparation entre l’avant et l’arrière du véhicule. Sachez aussi qu'il existe des ceintures de sécurité, à attacher au harnais de votre chat ou votre chien. Eh oui, sécurité routière oblige, tout le monde est logé à la même enseigne !

Les animaux peuvent être sujets au mal des transports, comme leurs maîtres. Votre vétérinaire pourra vous indiquer des médicaments pour prévenir les vomissements. Pour limiter les dégâts, ne les faites pas trop manger dans les 12 h précédant le départ ; ils se rattraperont bien assez vite à l'arrivée. Et n'allez pas nous taxer de cruauté envers les animaux, c'est la SPA elle-même qui le conseille !

Le plus grand danger pour un animal, en voiture, est la déshydratation. Prévoyez de vous arrêter régulièrement (toutes les 2 h, cette recommandation étant valable même si vous voyagez sans votre animal). À chaque arrêt, donnez-lui à boire de l’eau et, par la même occasion, faire ses besoins. Faites faire un petit tour à votre chien, ça fait du bien de se dégourdir les pattes avant de reprendre la route (c'est valable pour le chien comme pour le maître). Enfin surtout, ne laissez jamais votre compagnon seul dans une voiture, d’autant plus lorsqu’il fait chaud : une insolation pourrait lui être fatale.

Les animaux les plus petits sont aussi les plus fragiles. Si vous n’en prenez pas soin, ils risquent de tomber gravement malades. Evitez les coups de chaleur et les courants d’air, et n’enclenchez jamais l’air conditionné en voiture : cela pourrait leur être fatal. Pour les préserver des variations de température, n’hésitez pas à déposer une serviette humide sur leur cage. Pour les rassurer, hydratez-les et nourrissez-les aux heures habituelles.

N’oubliez pas de faire attention au moment où vous ouvrez la porte sur une aire d’autoroute : certains chiens en profitent pour se carapater, créant parfois des accidents, ou pour fuguer. Pour éviter tout problème, on tiendra donc son animal en laisse avant d'ouvrir la portière.

En train (avec la SNCF)


Théoriquement, aucun animal n’est admis dans les trains SNCF sans l’accord des passagers. Mais paradoxalement, la SNCF facture les voyages des animaux domestiques... 

Si votre animal pèse moins de 6 kg, il devra être installé dans un sac ou un panier adapté, et dont les dimensions n'excéderont pas 45 x 30 x 25 cm, ou être tenu en laisse. Vous paierez alors la somme forfaitaire de 6 € quelle que soit la destination. 

Pour les animaux de plus de 6 kg en revanche, vous payerez un billet 2de classe demi-tarif (même si vous voyagez en 1e classe). Le chien devra être tenu en laisse et même, selon sa race, muselé.

Bon à savoir : on peut désormais réserver le billet de son animal sur voyages-sncf.com.

Une fois dans le wagon, pour des raisons de sécurité, un contrôleur (ou un agent de bord) pourra vous demander de le museler pendant le voyage. L'animal devra rester dans le couloir ou entre les wagons. On vous conseille de le faire bien se tenir, car les autres passagers, s'ils n'apprécient pas ce genre de compagnie, peuvent exiger que vous vous déplaciez… Si vous voyagez en wagon-lit, vous devrez réserver un compartiment exclusif. 

Les animaux d'assistance

Ils sont acceptés dans tous les trains de la SNCF, à condition cependant que l’on tienne le chien en laisse. Le port de la muselière n’est pas obligatoire pour les chiens guides. Par ailleurs, les animaux d’assistance voyagent gratuitement. 
Depuis le 5 août 2003, les animaux d'assistance sont admis sur l'Eurostar ! Mais n'oubliez pas que vous vous rendez en Angleterre : il vous faut donc respecter le fameux Pet Travel Scheme.

Le service « Accès Plus »

La SNCF a mis en place le service « Accès Plus ». Gratuit, il informe les personnes souffrant d’un handicap sur l’accessibilité des différentes gares, et leur facilite le voyage. Tél. : 0890-640-650 (0,11 €/mn).

En avion


Les précautions à prendre

Les compagnies aériennes voulant éviter que leurs appareils ne se transforment en ménageries volantes, le transport à bord est strictement réglementé. Si vous appliquez les consignes imposées, le voyage en avion avec votre animal ne devrait pas poser trop de problèmes.

Tout d'abord, il faut bien entendu s'assurer préalablement que la compagnie acceptera votre compagnon. Précisez, au moment de votre réservation, que vous comptez emmener un animal, en spécifiant son espèce et sa race. Ces précisions sont nécessaires car les compagnies n'acceptent pas tous les animaux domestiques à bord. Les chats sont généralement acceptés, ainsi que les chiens, à condition qu'il ne s'agisse pas de molosses dangereux (pitbulls, rottweillers…) ou de chiennes en gestation.

N'oubliez pas de vous munir des documents nécessaires, surtout si vous partez à l'étranger : carnet de vaccinations ou de santé et, le cas échéant, passeport européen, certificat d'aptitude de votre animal d'assistance, attestant qu'il s'agit bien d'un chien homologué. Pensez enfin à vous présenter au moins une demi-heure, voire plus, avant l'heure limite d'enregistrement pour accomplir les formalités requises pour votre animal.

Pour les (petites) bêtes peureuses, pensez à demander à votre vétérinaire un calmant adapter pour limiter le stress.

La place à bord

Votre animal est accepté à bord ? Maintenant se pose la question de sa place. Où voyagera-t-il ? En soute ou en cabine ? 

Tout est question de poids.
S’il pèse moins de 4 ou 6 kg (poids maximal variable selon les compagnies), l'animal peut voyager en cabine, à l'intérieur d'un sac prévu à cet effet ou d'une cage, posé(e) à vos pieds ou sur vos genoux. Sacs ad hoc et cages sont vendus dans les boutiques des grands aéroports, mais on peut tout aussi bien en acheter auprès des comptoirs cargo des grandes compagnies.


Si votre animal pèse plus de 4 ou 6 kg, il devra voyager en soute. Il sera installé dans une cage réglementaire, prévue pour lui. Les soutes des avions sont pressurisées, chauffées et ventilées.

Attention : l'avion n'est pas un zoo. Le nombre d'animaux en cabine est limité. Tout dépend du type d'appareil et de la destination. Les quelques places seront attribuées aux personnes ayant réservé en premier. Sinon, l'animal ira en soute.

Sur les vols Air France, sont admis à bord les animaux de moins de 6 kg (contenant compris), et tous les chiens d’assistance quel que soit leur poids. Les autres animaux voyagent en fret sur Air France Cargo, habitué à prendre en charge les voyages des plus petites bébêtes. Sur British Airways, seuls les animaux d’assistance voyagent en cabine (pour la quasi-totalité des destinations), gratuitement.

Le prix

Le transport de votre animal domestique sera payant sur la plupart des compagnies aériennes. Lors de l'enregistrement, on le pèsera dans son sac ou sa cage. Son poids s'ajoute à celui de vos bagages. Si le poids total dépasse le plafond autorisé, il vous faudra payer un supplément. Celui-ci varie en fonction de la compagnie et de la destination. Si vous emportez toute votre garde-robe et que vous voyagez avec un dogue allemand de 65 kilos, vous avez toutes les chances de passer par la case « cash » avant d'embarquer à bord. Quant aux animaux d'assistance, la plupart des compagnies appliquent pour eux la gratuité.

Le prix des caisses et des sacs varie en fonction des dimensions et du lieu d’achat (dans une boutique ou au comptoir cargo de la compagnie). Les prix en boutique sont un peu moins élevés.

Les animaux d'assistance

Ces fidèles compagnons sont acceptés par pratiquement toutes les compagnies. Lors de l'achat du billet d'avion, il est nécessaire de notifier que l'on voyage avec un animal d'assistance, ce qui permettra de se voir attribuer les sièges les plus appropriés à l'intérieur de l'appareil. 
Selon le degré d'autonomie du passager, l'animal d'assistance sera autorisé ou non à voyager en cabine. S’il est accepté en cabine, un extra seat (siège supplémentaire) lui sera assigné. Généralement, l'extra seat se trouve sur le côté de l'appareil pour que les autres passagers ne soient pas gênés. Le chien devra alors prendre place au pied de l'extra seat, assis ou couché. La muselière est obligatoire sur la plupart des vols.

Air France propose un service d'assistance aux personnes handicapées : « Saphir ». Tél. : 0820-01-24-24 (0,12 €/mn). E-mail : mail.saphir@airfrance.fr. Du lundi au vendredi de 9 h à 19 h, et le samedi de 9 h à 18 h. Contactez ce service pour avoir de plus amples informations sur les conditions d'admission à bord pour votre animal d'assistance.

En autocar


La plupart des compagnies d'autocar acceptent de transporter des petits animaux domestiques (chiens ou chats), à condition qu'ils soient dans un sac ou une cage. Les gros chiens ne sont pas acceptés.

Quant aux animaux d’assistance, trouver une compagnie française qui les accepte relève du parcours du combattant ! Pour des raisons d'hygiène et de sécurité, mais aussi pour des questions pratiques (un chien guide est souvent plus grand qu’un yorkshire), les chauffeurs refusent de transporter des animaux d'assistance. De toute façon, les autocars ne sont pas tous aménagés pour accueillir des personnes handicapées. Vous aurez plus de facilité en Amérique du Nord et dans les pays scandinaves, où les efforts entrepris pour faciliter le transport des personnes mal-voyantes ou handicapées ont été considérables ces dernières années.

En bateau


Toutes les compagnies maritimes n'acceptent pas les animaux domestiques. Ensuite, même si elle les acceptent, l'accueil de votre animal dépend de la compagnie choisie. Dans certains cas, il devra voyager dans le chenil du bateau. Même si la croisière ne vous fait pas franchir de frontières, on peut vous demander de présenter le certificat de vaccination ou de bonne santé de votre animal. Il voyagera généralement dans un espace réservé aux animaux (chenil ou cale), à moins que vous ne la laissiez dans la voiture si vous empruntez le ferry.

Quelle que soit la compagnie, les papiers comme le certificat de vaccinations vous seront demandés, de même qu’à l’entrée du territoire de l’autre côté de la mer.

Quelques exemples de compagnies

Avec Brittany Ferries, les animaux domestiques (2 maximum par réservation) doivent rester dans votre véhicule. Cependant, si vous vous rendez en Irlande par le navire Pont-Aven ou si vous voyagez entre Saint-Malo et Portsmouth sur le navire Bretagne, votre animal pourra voyager en chenil. Tarifs : 60 € pour un aller-retour en Grande-Bretagne ; 99 € pour un aller-retour en Irlande. Informations et réservations, tél. : 0825-828-828 (0,15 €/mn).

Les animaux sont acceptés à bord de tous les bateaux de Corsica Ferries. . . Quant aux chiens, leur traversée doit être réservée et est payante : elle coûte 9 € si le chien est dans une voiture, sinon 19 €. Pour ces derniers, muselière et laisse sont obligatoires. Si votre chien reste dans le véhicule, c’est à vous de le prendre en charge (eau, aération). Attention : le garage n'est pas accessible pendant la traversée et la température y est très élevée. Il vaut peut-être mieux le prendre avec vous. S’il reste avec vous à bord du ferry, il peut vous accompagner partout, à l’exception du restaurant. 

Sur la SNCM, votre chien peut voyager dans son panier à l’arrière de votre voiture aérée (sans supplément) ou en chenil climatisé (et payant). Tous les chiens doivent porter une muselière. Les garages sont ventilés et surveillées, mais il n’est pas possible aux maîtres d’aller rendre visite à leurs toutous. Sur les lignes Corse et Sardaigne, les chiens doivent voyager dans le véhicule de leurs maîtres et, sur les lignes Algérie et Tunisie, ils ne sont pas admis en raison de la durée de la traversée (plus de 20 h). Les chiens d’attaque (pitbulls, tosas…) sont interdits dans les espaces publics de tous les navires de la compagnie.

Attention : on le répète, si votre animal de compagnie voyage dans votre voiture, veillez à bien l’hydrater et à laisser les vitres entrouvertes. De préférence, il ne faut pas le laisser seul, car il peut mourir d’un coup de chaleur en moins de 10 minutes. 

L'accès des animaux d'assistance à bord des paquebots et ferries se rendant dans des ports français est autorisé, à condition qu'ils soient muselés et tenus en laisse. Dans certains restaurants à bord, les animaux sont refusés sans distinction faite entre les animaux de compagnie et les animaux d'assistance.

Avec certaines promotions ou offres spéciales, la réservation d'animaux domestiques n'est pas possible. Se renseigner lors de la réservation.

En taxi


Avec un beau sourire, vous pourrez peut-être faire monter votre animal dans un taxi, mais le chauffeur est en droit de refuser de l’embarquer. Pour éviter les embrouilles avec les chauffeurs, il est préférable d'appeler préalablement la compagnie de taxis et de demander une voiture qui accepte les animaux. Vous paierez un supplément de transport pour votre animal. En revanche, un chauffeur de taxi ne peut pas refuser les chiens guides.

Les formalités douanières selon les pays

Attention ! Les formalités énoncées ci-dessous ne sont pas exhaustives et sont sujettes à changements. De plus, certains pays exigent des mesures particulières en ce qui concerne d'autres espèces que celles que nous pourrons recenser. Ne prenez donc pas de risque, et renseignez-vous systématiquement auprès de l'ambassade de votre pays de destination ou de votre vétérinaire.

Par ailleurs, seul le passeport européen, nécessaire pour voyager dans tous les pays de l'Union, certifie la vaccination antirabique.

Transporter son chien en toute sécurité

On évite, si possible, de prendre l’avion : la plupart des compagnies aériennes autorisent que votre petit chien vous accompagne en cabine dans un sac de transport. Toutefois, dans le cas d’un gros chien, il devra faire le voyage dans la soute, ce qui est beaucoup moins plaisant pour lui.

En plus de ne pas être avec vous, il sera dans un endroit inconnu, bruyant et dont les températures varient souvent!

Dans le cas d’un voyage en avion, il est recommandé de donner un sédatif à son animal. Donc, la voiture est à privilégier!

Vous pouvez vous procurer des médicaments contre le mal du transport. Avant de partir, il est conseillé de faire bouger votre toutou pendant une heure et de ne pas lui donner de la nourriture au moins deux heures avant le départ. N’oubliez pas de faire quelques petits arrêts pipi et de bien hydrater votre copain pendant le trajet.

Pets and animalsTravellingvoyageranimal de compagnie
20 Jul, 2015
Comments
Convert?w=220&h=220&fit=crop&cache=true
about 5 years ago

Ratings
(0 votes)
Your rating
Collected
AliceG
AliceG